Alors qu’on remarquait l’apparition du bonnet phrygien et de l’œil de la providence dans Assassin’s Creed Brotherhood, qui annonçait une révolution. Ubisoft, nous ramenait d’abord dans la révolution américaine dans Assassin’s Creed 3 et dans la piraterie pour Assassin’s Creed Black Flag. Cette année, dans Assassin’s Creed Unity c’est la révolution française qui est à l’honneur, avec de nombreuses promesse, telle que un monde ouvert plus riche que jamais et de nouveaux systèmes de combats et d’infiltrations.
assassin_s_creed_unity_4-assassin
Fiche technique :

Editeur : Ubisoft
Développeur : Ubisoft Montreal
Type : Action / Aventure
Sortie France : 2014
Classification : ?
Existe sur :
PS4 XboxONE PC

Trailer :

Test :

Assassin’s Creed Unity se déroule donc à la révolution française, mais comment cela est-il amené par le jeu à notre époque ? Eh bien, tout simplement par l’évolution de l’animus ou vous-même êtes le nouveau héros du présent grâce à la détention de la dernièree console de jeu d’Abstergo, l’entreprise servant de façade aux manœuvres des Templiers. Vous n’aurez pas le temps de savourez ce nouvel outil, puisqu’un Assassin va s’incruster dans votre partie, afin de dénoncer le caractère propagandiste d’ Abstergo et vous inviter à revivre à la place les souvenirs et mémoires d’Arno Dorian, un homme ayant œuvré pour la cause des hommes à capuches. Tout cela, pour découvrir avant les Templiers, le sage, un homme très important qui pourrait être très précieux dans la course aux fragments d’Eden. Le scénario n’est autre que la suite de Black Flag même si Assassin’s Creed Rogue permettrait de connaître un peu mieux cette nouvelle histoire.

Une histoire à la Roméo et Juliette ?

assassin_s_creed_unity_ArnoPour cette nouvelle épopée, Ubisoft Montréal à décider de nous faire incarner un jeune Franco-Autrichien du nom d’Arno Victor Dorian. Rappelant ce chère Ezio Auditore, même dans sa modélisation, Arno est né à Versailles dans une famille aisée. Tout aussi impétueux que Ezio, Arno va très rapidement payer ses erreurs et rejoindre l’ordre des assassins pour essayer de les réparer. Cependant la tâche ne sera pas si aisé, puisque comme dans le tout premier Assassin’s Creed il n’est pas l’unique assassins, mais plutôt une lame parmi tant d’autres. Il va donc devoir apprendre, à calmer ses désirs de vengeances pour rester dans les règles de la confrérie. Mais ce n’est pas tout puisque, le jeune homme, vit une histoire d’amour avec Elise de la Serre, une jeune femme qu’il connaît depuis son enfance et qui va s’avérer être une Templière.
Etrange, cela me rappel une histoire très connu, pas vous ?

Un retour des confréries

assassin_s_creed_unity_gameplayAlors qu’ils étaient en paix depuis la signature d’une trêve. Les Assassins et les Templiers vont ressortir les armes et vont de nouveaux ce refaire la guerre. Vous allez voir de nombreux personnages charismatiques, et ce même si l’histoire principal reste banal sans grande surprise. Néanmoins, on note que cette nouvelle histoire ne met pas systématiquement le héros au cœur de tous les événements de la Révolution française, qui est ici davantage considérée comme une trame, qu’un événement majeure entre amateurs de liberté et partisans du contrôle des foules. De plus, on peut dire que notre héros manque de charme comparé à ses prédécesseurs. Enfin, afin de l’histoire vous laissera sur votre faim, tandis que celle du présent va s’avérer être très décevante.

Paris la plus belle ville du monde

Assassins-Creed-Unity-parisMalgré un scénario un poil décevant, les équipes d’Ubisoft nous ont régalées avec cette immense open world qui est Paris. En effet, Paris est immense, magnifique, je pense même que c’est l’une des villes avec Los Santos qui m’ait réellement plus. La modélisation fidèle des monuments, avec également la présence de nombreux environnements intérieurs, comme les catacombes, ou d’autres bâtiments, montre la diversité de cette open world, et vient apporter une nouvelle touche au nouveau système d’exploitation.

Arno, un assassin à la « Splinter Cell »

assassin_s_creed_unity_infiltrationC’est pour la première fois, que dans un Assassin’s Creed, l’infiltration est mise en avant et ce à volonté. Avec un simple pression sur la manette, notre héros devient plus discret. En effet, Arno se penche afin d’être le moins bruyant possible et de ce fait plus difficile à repérer. Ajouté à cela, toujours cette vision d’aigle certes plus limité mais toujours utile et ce système de couverture derrière des éléments plats, qui vous permettra d’avoir d’innombrables possibilités afin de vous approcher de votre cible. Cependant, même s’il y a pas mal de nouveauté, on regrette que l’on ne puisse pas encore changer de couverture dans un angle, mais cela n’empêche que ces nouveautés ajoute un vrai plus à la série.

assassin_s_creed_unity_vision-aigleLes nouveautés ne s’arrête pas la, puisque une lame fantôme fait également son apparition, et s’impose comme la remplaçante de l’arbalète et de la sarbacane des précédents opus. Cette lame efficace à moyen-distance est capable, de lancer des flechettes classiques et empoisonnées ce qui en fait une particulièrement destructrices et moins bruyantes que le pistolet. De plus, une autre nouveauté fait son apparition, en effet, lorsque vous vous faite repérer par un ennemi et que vous sortez de son champ de vision, un fantôme d’Arno indiquant sa dernière position connue apparaîtra sur la carte : l’ennemi viendra alors fouiller cette zone afin d’essayer de vous retrouver. Vous donc, le choix de vous échapper, ou tout simplement de le réduire au silence. Certes, c’est du classique mais cela, se glisse parfaitement à cette nouvelle orientation que Ubisoft veut nous montrer. Surtout quand on s’aperçoit que cette année les combats sont devenus plus ardu que jamais.

Des combats intenses mais répétitif

assassin_s_creed_unity_combatAlors qu’on avait l’habitude de faire des carnages face à des centaines et des centaines d’ennemi, cette année Unity nous pousse réellement à utiliser son nouveau gameplay, basé sur l’infiltration, et ce même en rendant son système de combat, plus intense. On note que les contres assassins, ainsi que les enchaînements sont délaissés pour laisser la place un système de parade et d’esquive moins attractif. Même si l’idée semble innovante, il n’empêche que manette en mains, cela s’avère décevant notamment à cause du peu de variété de coups proposés. En plus de cela, les animations sont quelque fois ratées. Ce qui est très décevant pour un titre sur nouvelle génération. Pour vaincre un adversaire, il vous suffira de bloquer ou esquiver au bon moment, afin de lui enchainer plusieurs coups afin de réduire ses points de vie à zéro. Celui-ci sera alors sonné et s’écroulera dans la foulée, à moins que vous ne décidiez de lui porter le coup de grâce. En ce qui concerne les dégâts infligés, ils dépendent de deux critères, les statistiques de l’équipement utilisé et le niveau de votre ennemi (allant de 1 à 5). Attention, même si vous êtes au max, il sera très difficile voir suicidaire de tenter d’éliminer d’énorme groupes d‘ennemis.

Du nouveau du côté du freerun

assassin_s_creed_unity_combatTrop souvent assisté par le passé, notamment pour l’escalade, Unity introduit désormais deux types de courses libres qui offrent un meilleur confort lorsque vous parcourez Paris. Ainsi, il vous faudra utiliser la gâchette droite et un autre bouton pour faire le mouvement de votre choix. Si l’une permet de courir sans grimper automatiquement lorsque vous êtes trop prêt d’un bâtiment, l’autre vous permet de réaliser une descente contrôler afin de ne pas faire une chute idiote. L’idée est très bonne, mais semble souffrir de quelques imprécisions qui devront être réparer lors du prochaine opus.

Un assassin avertit et bien équipé en vaut deux.

assassin_s_creed_unity_personnalisation_1Dans Unity, vous pourrez équipez votre assassin grâce à des points de compétences, ce qui rend le jeu un poil RPG. En effet, chaque mouvements que vous voulez faire tels que le double assassinat, ou encore le crochetage des coffres et des portes ne seront disponible qu’en déboursant quelques points de compétence. Il faudra donc bien choisir, car les points manqueront. Il en va de même, pour l’équipement qui vous sera très utile, il s’agira ici d’un système de statistiques et de niveaux. Vous aurez ici, trois types d’armes de corps-à-corps qui vous mise à disposition (épées à une main, armes lourdes et armes longues), ainsi que trois armes à distance (lame fantôme, pistolets et fusils). Oh j’oubliais, un très gros point vous ne pourrez plus utiliser votre lame secrete pendant en combat, une première dans la série depuis le premier opus. Les équipements de protection sont également nombreux et peuvent être changés pour la tête, la tenue, les poignets, la ceinture et les jambes. Une sorte de customisation de notre héros, qui devrait ravir de nombreux joueurs.

Le multi

assassin_s_creed_unity_coopOn arrive enfin au multi, avec l’arrivé d’un mode multijoueur en coopération. Fini le multi compétitif, bienvenue dans un mode coopératif ou vous pourrez jouer de 2 à 4 joueurs où de nombreuses missions seront dédiées uniquement à ce mode. Une bonne surprise vient de la possibilité d’explorer librement la ville avec vos amis. Une très bonne experience puisque toutes les missions sont scénarisées. Un ajout appréciable qui convient parfaitement au gameplay de cet épisode en n’y apportant que deux nouveautés notables : la possibilité de ranimer un coéquipier et un nombre limité d’utilisation d’une compétence bonus.

Un très bon points : les quêtes annexes

assassin_s_creed_unity_enquete2C’est le très bon point de cette opus. Avec les missions coop, les objets à collecter (cocardes, trésors, artefacts, points nomades…) mais surtout des missions annexes nombreuses et scénarisées, le jeu permet au joueur de ne pas s’ennuyer après avoir fini l’histoire principale. Je préfère vous laissez découvrir cela. Juste deux points, le premier, on note la présence d’un club de théâtre faisant office de repaire pour notre héros et qui pourra être rénové, ainsi que des clubs sociaux pouvant être rachetés et proposant des missions pour libérer les quartiers. Enfin, deuxième et dernier point, il faudra une cinquantaine d’heures de jeu pour finir le titre à 100%.

Conclusion :

Pour conclure, Assassin’s Creed Unity revient sur les bases de la série tout en les améliorants. Un pari réussi de la part des équipes d’Ubisoft. Dans un open world ou Paris et la ville principal, vous allez pouvoir visiter la plus belle ville du monde à l’époque de la révolution française. De plus, la ville lumière regorge d’activités annexes scénarisées, avec des environnements intérieurs accessibles sans temps de chargement vous ferons passer de nombreuses heures sur le jeu. En ce qui concerne le freerun, il s’avère plus fluide mais si on remarque encore quelques défauts, tout comme le système de combat. Dans Assassin’s Creed Unity, vous n’êtes plus l’Assassin de la ville mais seulement un assassin parmi tant d’autres, au sein d’une population dense ou le nouveau système d’infiltration apporte un vrai plus. Tout cela, malgré un scénario sans grande surprise, Assassin’s Creed Unity reste un excellent jeu encore perfectibles mais qui devrait ravir les fans et les nouveaux joueurs et qui vous occupera de très nombreuses heures devant votre écran.

assassins-creed-unity-arno-note

Ce diaporama nécessite JavaScript.