Techland connait bien les jeux open world. Entre Call of Juarez, Dead Island, la firme prouve qu’elle a du savoir faire dans ce sujet, et ici il est question encore une fois de open world avec leurs nouveau jeu Dying Light. En effet, vous allez être implantés dans un immense terrain de jeu, afin de récupérer les données d’un virus planquées dans une ville mise en quarantaine. Vous allez donc, être attaqué par des infectés avec ces nombreux problèmes.

jaquette-dying-light-
Fiche technique :

Editeur : Warner Bros Games
Développeur : Techland
Type : Survival-horror
Sortie France : Février 2015
Classification : Déconseillé aux – de 18 ans

Existe sur :
PS4 PS3 Xbox ONE Xbox 360 PC

TEST :

Arrivant sur les chapeaux de roues, vous allez être plongé directement dans le vif du sujet, peu de temps après votre arrivé, vous et votre avatar Kyle Crane, allez vous retrouver dans une factions qui tentent de survivre dans la ville d’Haran en proie à un virus ayant transformé ses habitants en véritables créatures avides de chair humaine. Si vous objectif principal, sera de retrouver l’individu à l’origine de tout cela qui à dérobé le virus. Vous aurez très rapidement des choix à faire, qui seront de l’ordre d’aider les survivants ou de continuer votre objectif principale. On à déjà vu ce scénario, néanmoins Dying Light repose sur les idées et les concepts, des deux premiers Dead Island.

Quand deux styles se rencontre

Dying-light-1Même si vous n’avez pas la possibilité de conduire des véhicules, dans Dying Light, le studio à choisi une méthode plus rapide de parcourir cette open world qui vous ai mis à disposition. Et cette méthode ce nomme le Parkour, mis en avant par les développeurs lors de la compagne de promotion du jeu. Mais que vaut ce Parkour ? Eh bien, même si cela n’est pas éblouissant, ce free run s’adapte parfaitement au jeu et nous permet de couvrir rapidement de longues distances. Ainsi, la ville devrais-je dire le bidonville mis à votre disposition devient très vite un gigantesque terrain de jeu pour nos acrobaties même s’il conviendra d’être prudent afin de ne pas se retrouver encercler par des hordes de zombies « patrouillant » de jour comme de nuit dans la ville. Et ce cycle qui rend le jeu si particulier.

Dying-light-8Si les rues d’Haran seront peuplé d’infectés quelque soit le moment de la journée, on remarque dès la tombé de la nuit, les choses changent. Vous allez tomber contre des groupes de créatures vicieuses, les Night Hunters. Plus sensibles aux bruits et ayant une meilleure vision que les zombie de base, ils n’auront de cesse de vous poursuivre pour vous tuer. Autant dire, que la discrétion est de mise les soirs, sinon vous n’aurez plus qu’a courir le plus vite possible afin de survivre. Ces séquences, permettent d’ajouter une sorte tension à l’histoire, cependant les Night Hunters, ne sont pas les seuls infectés que vous allez rencontrer puisque d’autres types d’infectés seront présent, des brutes, des cracheurs, et enfin des sprinteurs. Si on y rajoute les humains, généralement bien armés et donc très dangereux, vous comprendrez rapidement l’intérêt de jouer à quatre en coopération ou de trouver les matériaux nécessaires pour pouvoir vous défendre et survivre.

Le craft au centre du jeu

Dying-light-6Si vous avez déjà jouer à Dead Island vous savez de quoi il s’agit. En effet, même si vous trouvez dans Dying Light des armes automatiques, vous devrez le plus souvent vous battre avec ce que vous trouverez dans la ville. Telles que des Clés à molette, tuyaux, battes de baseball. Pourtant, si vous cherchez bien, vous verrez en récupérer certains objets vous pourrez les associer afin d’améliorer votre arme de base. Vous allez donc, si vous le voulez fouiller la ville de fonte en combles afin de les trouver. Une précision toutefois, la recherche des ces objets seront plus aisées que dans Dead Island grâce à une sorte de sixième sens vous permettant de voir en un clin d’oeil tous les objets à récupérer dans une zone délimitée. Un pouvoir bien pratique puisqu’il vous permettra de connaître précisément l’emplacement de vos objectifs ou encore l’emplacement des Night Hunters décrits plus haut. Mais si cherchez n’est pas fait pour vous, alors vous n’aurez plus qu’à faire un tour dans des camps, à la Tour, notre QG où un intendant afin de pouvoir acheter et récupérer gracieusement des objets. Ce qui vous donne le temps de dormir afin de ne pas perdre de l’XP.

Votre agilité et votre force seront vos atouts

Dying-light-3Dying Light est un jeu où expérience, montée de niveaux ou capacités seront de la parti. Tout dépendra donc de votre style de jeu afin d’améliorer votre personnage aux niveaux Survivant, Agilité et Puissance. De fait, en effectuant des actions précises, vous obtiendrez de l’expérience qui fera monter les niveaux ci-dessus, et pourrez donc débloquer de nouveaux mouvements et compétences. Vous devrez donc, faire les quêtes et missions mis à votre disposition afin d’acquérir un maximum d’expérience, mais cependant, il vous arriverait de mourir durant la journée, chaque respawn vous coûterait pas mal d’expérience. Alors qu’au contraire si cela ce produisait la nuit, vos morts nocturnes n’aura pas d’impact sur votre expérience. Une bonne idée qui vous fera basculer constamment entre jour et nuit.

Dying Light = DEAD ISLAND 2.0

Dying-light-4En effet, après plusieurs heures de jeu, on s’aperçoit que Techland à repris tout les mécaniques qui ont fait le succès de Dead Island 2 en lui transposant un monde plus urbain. Grâce une grande liberté, un gameplay équilibré et dynamique, son mode coopération à 4 joueurs et le mode multi Be the Zombie on passe sur certains points qui sont à revoir comme le doublage français, l’IA des ennemis déséquilibrée, et un scénario cliché. De quoi s’amuser de longues heures durant en attendant un certain Dead Island 2.

Conclusion :

Dying Light reprend toute les mécaniques qui ont fait le succès de Dead Island. Plus urbain et plus sombre que Dead Island, le jeu devrai plaire aux plus grand nombres.
Dying-light-note

Ce diaporama nécessite JavaScript.